Ô Phnom Penh

Comme tout commence par une histoire de bus, alors allons-y franchement.

Cette fois c’est un bus local, histoire d’immerger mes parents plus profondément dans la vie locale !
Arrêts incessants sur la route pour faire monter ou descendre les locaux, symphonies de klaxons tout du long.
Le bus est blindé au max : enfants et mutilés des mines s’entassent dans le couloir du bus, assis sur des petits sièges en plastique.

Au fur et à mesure des arrêts, les marchandes de fruits et d’insectes montent pour nous passer tout ça sous le nez. Les enfants réclament leurs crickets frits…Nous on se dit que ce sera pour une prochaine. Là on peut pas…C’est pas qu’on veut pas hein, ça a l’air tellement appétissant !

Jusque-là tout va bien. Et puis on traverse une route pas finie, flanquée de gros graviers.
Et là un automobiliste perd le contrôle de son véhicule et nous heurte de plein fouet. Même pas mal ! Personne n’a rien heureusement. Enfin, sauf la voiture qui a le pare-choc défoncé.
Du coup ça nous immobilise pendant un bon moment, même le conducteur de la voiture se casse avant nous…
Bref on arrive longtemps après à destination, comme d’hab.

Le soir ce sera réconfort autour d’un buffet franco-cambodgien-vietnamien (!) concocté par un très bon traiteur, dans la jolie guesthouse de mes parents.
Nous, on loge pas loin, dans les bas fonds de Phnom Penh 🙂

Dès le lendemain, on commence gaiement par le musée du génocide de Tuol Sleng et son école transformée en prison par les Khmers Rouges…

Puis les Killings Fields, Charniers de Cheoung Ek, où ces prisonniers entre autres, étaient transférés pour finir leurs vies.
Ces fosses contenaient les corps des 9000 personnes dont les restes ont été exhumés en 1980.
Encore aujourd’hui avec les mouvements du sol et les grandes pluies, des fragments osseux et des dents remontent à la surface quasiment tous les mois…

La visite est accompagnée par un guide audio très complet. Ça paraîtrait presque tendre si on n’écoutait que la douceur du français parlé avec l’accent cambodgien…Mais il faut bien entendre tous ces atroces détails et témoignages.

On apprend par exemple, que les soldats tuaient leurs opposants (suffit de porter des lunettes pour être jugé intelligent, donc ennemi) soit avec des marteaux ou tout autre outil, soit en les égorgeant avec le tranchant d’une branche de palmier. Pas de balles non, trop cher.


Et les bébés, et bien leurs têtes étaient tout bonnement éclatées contre un arbre, devant les mères. Le tout avec des chants révolutionnaires crachés par des mégaphones pour masquer les hurlements.
Un Stupa a été érigé à l’entrée du site et recueille les crânes et ossements découverts. Pas tous évidemment, par manque de place…

Donc une fois qu’on arrive à la fin de cette visite et que l’on entend le chant « Ô Phnom Penh », écrit pour célébrer la libération de la ville, ça vous colle les larmes aux yeux. Ouais ouais.

Mais pour éviter de vous assommer, voilà la version un peu lol de ce morceau :

Heureusement, on a entrecoupé ces 2 visites par un bon déjeuner singapourien (et pourquoi pas d’abord ?!) suivi d’une balade au marché russe où fera quelques bonnes affaires.
Ma mère se prend de pitié pour les vendeurs à chaque fois qu’elle me voit marchander, frimousse outrée, me suppliant de céder vite à ce petit jeu 🙂

Photos J1

 
Nouvelle journée, nouvelles visites !

Au programme  : une pagode (encooooore une pagode…), le Palais Royal et sa pagode d’Argent (encooooore une pagode).

On trouve dans ce palais une statue de Napoléon sur son cheval, offerte par les français. Les cambodgiens, reconnaissants, ont coupé la tête de Napoléon et l’ont remplacée par celle du Roi Sisowat. Tranquille les mecs !

On finira la journée avec une petite balade en bateau pour le sunset, au confluant du Tonlé Sap et du Mékong.

Pas de photos car Éric s’est légèrement assoupi à bord, et moi ben je sers à rien 😀

Photos J2

 
Et pour notre dernière journée à Phnom Penh, et dernière journée avec mes parents au Cambodge, on se rend sur l’île de la soie (Ah, mais seulement après avoir visité une énième pagode hein !).

Juste en face de la capitale, on embarque à bord du ferry avec notre tuk tuk.
Une fois sur place, on se sent bien loin de la ville ! Plus de zébus que de motos !

Quasiment chaque foyer comporte un ou plusieurs métiers à tisser où les femmes travaillent la soie, les enfants jouant à côté.

Il fait une chaleur à crever, alors une dame propose à ma mère de l’emmener en scooter chez elle pour voir ses créations. Ce ne sera pas peine perdue, mes parents lui achèteront une jolie nappe en soie 🙂
Au retour, elle insiste pour la ramener en scoot. Mais cette fois, je m’incruste !

Puis on ira à l’autre bout de l’île pour aller déjeuner sur une paillote, les pieds dans le Mékong.
Très joli cadre mais bouffe top dégueu : au bout d’1 heure d’attente on vous y sert (comme dans pas mal d’autres endroits du Cambodge) votre poulet quasi entier, concassé avec tous les os, etc…

Pas grave, pour notre dernier dîner du voyage avec mes parents, on mangera un dernier délicieux Bo Bun dans leur guesthouse ^^

Photos J3

Et voilà, on laisse Maman-Papa ici, qui retourneront à Siem Reap prendre leur vol retour. A dans 4 mois les vieux ! 🙂

Nous on prendra un bus direction la mer, à Kampot !

Publicités

12 réponses à “Ô Phnom Penh

  1. Hehe, que du bon tout ca. Vous avez quand même trouver le moyen de vous faire rentrer dedans ! Encore cette malediction des david. Au fait, pour votre anniv, ca vous dit que je vous offre un tuk tuk, ca a l’air de vous plaire hein. Dans tout vos articles, tuk tuk, tuk tuk lol. Allez zoubi Mister and Miss D.

  2. Et au fait, je vous ai dis que vous me manquiez ?…
    Je vous ai raté today sur skype, trop deg.
    On essaie de se capter demain
    plus que 62 jours !!!
    ca va etre bon ça !!!

  3. Très sympa le début du billet qui nous plonge bien dans l’atmosphère locale.
    Quant aux atrocités commises… ce doit être un visite réellement marquante dont on ne ressort tout à fait indemne…

  4. Merci Miss ! Oui c’est sûr on s’en souviendra. D’autant qu’en parallèle je lisais un bouquin écrit par une survivante du génocide…C’est pô joyeux ^^

  5. et ben genial tout ca! il y a eu de sacrées horreurs à l’époque.
    mais que de richesse, dans tout les sens du terme.
    Et quel épopée avec tes parents. vous garderez de sacrés souvenirs. ca c’est top!
    cette experience que vous vivez, quelle chance aurons vos enfants de se l’entendre raconter.
    bravo les DAVID continuez, cela vous enchante mais nous, nous sommes ravis et qu’est-ce qu’on profite! lol!!!!
    vous me manquez
    maman

  6. Merci maman
    ton soutien nous réconforte vraiment ! Très bons souvenirs avec les beau-parents, je suis sur qu’ils s’en souviendrons.
    Un gros bisou !!!
    Éric

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s