Symphonie de klaxons à Hanoi

Nous revoilà à Hanoi !

On arpente donc le centre-ville à 5h du mat’ pour trouver un café ouvert.
Queue dalle…Pas si matinaux que ça finalement les vietnamiens.
Sauf si on va du côté du lac Hoan Kiem (Ou Lac de l’Epée Restituée avec au centre la Tour de la Tortue. Noms dus à une drôle d’histoire de tortue qui surgit de l’eau pour fournir une épée magique, qui permit à un pêcheur de repousser les envahisseurs du Royaume…Moi je dis : luttons tous ensemble contre la culture du pavot !).


Là donc, beaucoup sont vêtus de jogging (ou déjà en tenue de travail) et font de la marche rapide ou de la petite course sur la promenade autour de l’eau. D’autres font des étirements étranges pendant que les marchandes de pain et de fruits attaquent leur journée.
On se fait alpaguer par une veille dame qui nous propose un « vietnamese coffee ».
Que oui, on la suit tellement on est désespérés ! En fait elle nous amène devant chez elle où une petite table et des chaises de nains en plastique sont disposées et elle nous prépare un café instantané.
Pfff…Au moins elle a du pain baguette et de la vache-qui-rit, ça ira 🙂
On rentre à l’hôtel à 8h, heure où on est sensés récupérer notre chambre. Bien sûr là on nous dit que non, faudra attendre 12h. Je pars à la recherche d’une autre guesthouse à 2 pas, moins chère et disponible de suite.

La réceptionniste du premier hôtel, enceinte jusqu’aux dents, exprime sa colère…Nous on file, faudrait pas qu’on lui déclenche une fausse couche tout de même !
Après une bonne sieste, Valérie et moi on part faire du shopping, à la recherche des lanternes perdues (oubliées dans le train pour SaPa si vous suiviez un peu !) pendant qu’Éric sombre à nouveau dans un sommeil profond.
On parcourt ainsi le quartier des 36 rues, grand triangle composé de marchands et d’artisans regroupés par spécialités.

On y trouve par exemple la rue des chaussures, celle des joailliers, des calligraphes, des soieries, fleurs, etc. On commence par la rue du papier et des objets votifs, c’est là que se trouve les marchands de lanternes.
Le choix est nettement moins large qu’à Hoi An, mais on trouve nos modèles réduits des lanternes égarées. Elles seront moins encombrantes pour Valérie à son retour.

On passe ensuite voir les boutiques de vieilles affiches de propagande communiste. Dans la première, la vendeuse nous hurle carrément dessus quand on lui propose un petit rabais si on lui achète plusieurs affiches. Donc on va dans une seconde où on trouvera notre bonheur !
Éric n’est toujours pas disposé à se lever alors on repart, direction les beaux quartiers et le Métropole Sofitel ! On l’a cherché sans le trouver à New York, mais là c’est bon, on l’a. Certes, celui-ci n’a pas l’aura de l’affaire DSK mais ça nous ira.


On se croirait faubourg Saint-Honoré de Paris ou sur la 5ème avenue de NYC alors qu’à quelques pas de là, un tout autre monde évolue bien différemment.
Pas loin de l’Opéra on verra même une boutique Van Laack (pour ma sœur aînée) !
Ça fait tout drôle de le voir tenu par des asiat’ (Seul point commun : ni  ma sœur, ni elles, ne dépassent le comptoir. Mouahaha !), d’ailleurs les vendeuses à l’intérieur se demandent sûrement pourquoi on prend des photos de la boutique en se marrant…Sont folles ces blanches !
Le soir, mon tendre époux a émergé, alors on file boire une bière sur le carrefour pas loin de notre hôtel. Assis à même la route sur les fameuses chaises de nains, bercés ou presque par les klaxons incessants, on regarde d’un œil amusé le trafic délirant.

Ah, et une prostituée aussi. Toujours la même, au même endroit. Mais ce soir elle nous fait l’honneur de déambuler avec un boxer moulant par dessus ses leggings. Heureusement qu’Alexander McQueen est déjà mort.


Et puis on file dîner dans un resto de rue, pour manger des coquillages, gambas et sèche grillés sur le trottoir. Oui ça a l’air douteux comme ça mais c’était bon ! Et non, personne n’est tombé malade 🙂


On finira cette dernière soirée avec Valérie au théâtre, voir un spectacle de marionnettes sur l’eau. Tradition vietnamienne, ce spectacle accompagné de musiciens illustre des scènes de vie de paysans et pêcheurs comme la pêche au panier, le repiquage du riz ou le labour des terres à l’aide des buffles. C’est meuuugnon !
Et pour notre dernière journée à tous les 3, on part du côté du lac de la Soie Blanche où les amoureux voguent sur des pédalos-cygnes(!).On visite également le Temple de la Littérature et le très stalinien mausolée d’Ho Chi Minh.

Sur le chemin on s’arrêtera au Bar Betta, un café rétro-jazzy charmant, où on trouve tout un bric à brac d’objets anciens en guise de déco.


Et voilà, il est temps pour Valérie de partir pour l’aéroport après ces 15 jours tip top ! Le Vietnam nous a finalement séduits par la diversité de ses paysages, la quiétude des campagnes contrasté par le tourbillon d’Hanoi.
Nous on retournera boire une dernière bière sur le carrefour où la péripatéticienne a cette fois oublié son pantalon, voire même sa culotte. Du coup, je ne sais pas ce qui est le mieux…

On se retrouve bien tristes à l’idée de quitter Hanoi, le Vietnam, l’Asie…
C’est le moment de se préparer à 3 vols successifs pour rejoindre Auckland chez les Kiwis 🙂

Ce sera sans passer par la case « visite de Singapour » car notre escale d’une journée a finalement été réduite à quelques heures seulement…

Publicités

2 réponses à “Symphonie de klaxons à Hanoi

  1. Hello les z’amoureux ! Bilan positif du vietnam alors. Petit clin d’oeil au Bar Betta, j’aurais vraiment voulu voir ça.
    Bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s