Avant, j’étais à Pucón sur les bords.

Mais ça c’était avant.

Merci Tonio 😉

Après la ville, la montagne ! Pucón se trouve à 800 km au sud de Santiago, dans la région des lacs.
Ici, on se promène plutôt en veste qu’en t-shirt. Le froid se ressent d’autant plus que nous arrivons sur place à 5h30 du matin.
On prend donc la température de la ville encore endormie, ses grandes allées de maisonnettes en bois et ses pelouses bien entretenues, dominées par le volcan Villarrica qui fume.


Puis on arrive chez Lucia, qui tient depuis une hospedaje (maison de particulier qui loue ses chambres) depuis 27 ans ! On vivra donc les prochains jours sous son toit avec ses deux ados.
On y passe de bons moments auprès du poêle ou dans la cuisine, devant la télé où elle commente les émissions à sensation qu’elle ne loupe jamais.
Heureusement d’ailleurs parce que pendant les 4 jours passés ici, on ne fera pas grand-chose…On passe une journée à repérer les lieux tranquillement, organiser notre rando du lendemain, puis après cette journée de marche Eric aura un torticoli qui nous immobilisera « à la maison ».
Mais revenons à cette rando, dans le sanctuaire El Cani, une réserve naturelle gérée par une ONG chilienne.

On peut y trouver des pumas, des condors, des pics de magellan…Bon, on a rien vu de tout ça. Tant mieux ceci dit, pour les pumas je veux dire.
On a plutôt profité de la flore que de la faune, exceptés quelques petits serpivents.


Une belle marche de 6h au travers de forêts d’araucarias et de lacs, jusqu’au Mirador qui du haut de ses 1550m, nous offre un point de vue superbe sur la vallée et les volcans alentour.


On a fait l’impasse sur l’ascension du volcan Villarica, qui nécessite de suivre un guide, service qui se paie trop cher à notre goût.

D’autant que son intérêt est nettement diminué du fait qu’il n’y a plus beaucoup de neige au sommet et la descente est censée se faire en luge.
Un verre de Pisco Sour et on remonte dans le bus pour…Le désert de San Pedro de Atacama !
Environ 2 500 km à parcourir, soit 35 heures de bus. On fait donc une halte d’une journée à Santiago histoire de ne pas devenir dingues.
On passera la matinée à dormir sur un des  canapés d’un hall d’hôtel, avant de sortir déjeuner (super petit resto au passage : Nave Tierra ) et aller visiter le musée des arts pré-colombiens.

Enfin c’est ce que nous pensions faire mais ce dernier est en rénovation…Du coup on fera un peu de lèche-vitrines !
Puis retour au terminal de bus où moyennant 4 ou 5 €, on peut prendre une douche avec serviette incluse, gel douche, shampoing, peigne…On ferait bien de reproduire ce genre de services chez nous !
On est donc propres, prêts à affronter les prochaines 24 heures de bus.

Vamos !

Publicités

4 réponses à “Avant, j’étais à Pucón sur les bords.

  1. toujours et toujours de superbes paysages, et ces montagnes avec cette neige c’est sublime, en photo alors en vrai j’imagine.
    Et dis donc, cette vallee de la mort, vous avez pas eu peur, y a pas un chat là!!c’est le cas de le dire, vous etiez seuls au monde?
    big bisous
    maman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s