Cuzco & le chemin des écoliers

On arrive à Cuzco un jour avant les Pintos (nos cousins), afin de repérer les lieux et de se reposer.
Perchée à 3400 mètres, les petites ruelles qui grimpent essoufflent très vite les promeneurs !
Ancienne capitale inca, c’est ici que les rois incas avaient posés leurs valises. Ou presque 🙂

La nuit, les maisonnettes éclairées se mêlent au ciel étoilé.


Le lendemain, on part chercher Cyril et Aurélie au minuscule aéroport de la ville.

On prend nos quartiers chez Juana, notre hôte pour quelques nuits dans le quartier de San Blas.

Enfin en vrai on est accueillis par sa mère, qui n’a plus toutes ses dents ni toute sa tête !
Comme les nouveaux venus semblent d’attaque, on part faire un tour sur la Plaza de Armas

Et la cathédrale, érigée au XVIe par les espagnols.

On traverse les ruelles bordées de grosses pierre incas, celles aux maisons coloniales avec petits balcons, et on rentre pour ne pas trop les fatiguer.


La soirée ne se déroulera pas tout à fat comme prévu, puisque Aurélie a le Soroche (le mal des montagnes en quechua) et doit être emmenée à la clinique pour être oxygénée.

D’ailleurs, petit conseil du médecin sur place : ne pas abuser de la feuille de coca en altitude, ça n’aide pas tout le monde, ça peut même empirer les symptômes chez certains…Ah et ça peut aussi causer des insomnies. Vous êtes prévenus !
La journée suivante, on la passera donc à éviter le moindre effort, histoire de permettre aux Pintos de décupler leurs globules rouges 🙂
Pour notre dernière journée à Cuzco, nous visitons le monastère Santo Domingo, bâti par les espagnols sur les murs du Temple du Soleil des Incas.

La Pinacothèque y est impressionnante !

On enchaîne avec des emplettes au mercado central et on arrose ça d’un bon jus de fruits frais.


Le soir : un pisco sour, un ceviche et aji de gallina, et au dodo.

Demain, on part pour le chemin des écoliers. Ou la route des pauvres c’est selon.

En gros, pour se rendre au Machu Picchu, il y a 2 moyens, ou presque :

1) prendre le train de Cusco à Aguas Calientes

2) ou prendre un bus pour Santa Maria + un collectivo pour Santa Teresa  +  une marche de 3h le long de la voie ferrée jusque Aguas Calientes.

L’intérêt de cette dernière solution, nommée le chemin des écoliers  est d’économiser les quelques 100 dollars que coûte le train…
Mais à ce stade, on ne savait pas ce qu’il allait nous arriver…
Le premier bus doit donc nous emmener à Santa Maria, MAIS ses freins vont lâcher à 1h30 de l’arrivée.

Dommage, surtout quand on est sur des chemins de montagne en descente !
Du coup, tout le monde descend, et encore un peu naïfs, on attend qu’un autre bus prenne le relais.

Ça n’arrivera pas bien entendu. On organise donc notre fuite avec 5 autres routards en galère. On marche, en espérant se faire prendre en stop mais les pick up vides passent, et les péruviens au volant nous snobent en se marrant. SYM-PA !
On arrive à un point de contrôle où un policier essaie de nous aider en arrêtant des voitures pour nous.

Eric et moi on part en 1er, les autres suivent difficilement jusqu’à un autre village. Pas le choix, on doit se résigner à monter 2 par 2 pour avancer.

On enchaîne avec un taxi, puis un collectivo jusque Santa Maria…De là, on prend un taxi jusque Santa Teresa, et notre route pour la journée s’arrête là car il fait nuit.
Nos réservations pour le Machu pour le lendemain sont donc perdues…!

On trouve un logement de fortune et le lendemain matin, un nouveau collectivo jusque Hydrolectrica où nous marcherons 3h jusque Aguas Calientes. Heureusement, la marche est sympa !


Une fois sur place, Carlos, un allemand d’origine péruvienne, nous aide à négocier pour reporter nos billets du Machu.

Presque victoire : nous ne repaierons pas nos entrées, mais le Huayna est complet….Naaaan !
Le lendemain, on se se rend à 6h30 sur place, en espérant pouvoir négocier directement au guichet. Non, c’est mort.
On est vraiment maudis ! Mais en fait, pas tant que ça. Vous le comprendrez au prochain épisode…

Quel suspense insoutenaaaaaaaaaaaaaaaable !!

Publicités

13 réponses à “Cuzco & le chemin des écoliers

  1. Eh ben on sent que t es en argentine. Disfruta el Wifi lol.
    Eh, je croyais ke tu devais pas parler de nos desagrements a la clinique. T es vache mdr. Profitez les loulous et magnez vous de rentrer vous me mankez trop. Bisous

  2. Ce periple de dingue, trop bon.
    Et d’ailleurs, cuzco c’est a 3400 metres, pas a 3800, t es trop naz lol. Ouais je sais, moi aussi je t emmerde hein. Et grosse lechouille.
    PS : trop bien la foto de nous 4. Je la veux !

  3. Ben ouais mais comme tfaçon tous ceux que tu connais seront au courant et que les autres ben…tu les connais pas, qu’est ce qu’on s’en fout ?! Faut bien que j’explique le pourquoi du comment on a pas fait grand chose à Cuzco ! Et puis ceux qui envisagent un voyage là bas seront avertis des désagréments potentiels, c’est aussi là tout l’intérêt des blogs de voyages 🙂
    Et puis…J’ai pas tout dit justement, exprès 😉
    PS : vous aussi !

  4. Vous ne devez pas être les premiers touristes à souffrir du manque d’oxygène là-bas, et vous ne serez sûrement pas les derniers… C’est un mal qui est bien connu dans cette ville !

  5. Tout à fait ! D’ailleurs quand on arrive là bas il faut prévoir du temps pour s’acclimater. Et boire des boissons rehydratantes 🙂 Y a même des médocs en pharmacie qui s’appellent « Soroche » !

  6. Hello, la malade du Soroche, c’est moi !
    Je suis en vie et rentrée en un seul morceau.
    Au final, on apprend a faire avec le Soroche et on s’adapte.

  7. J’ai beaucoup apprécié la marche pour rejoindre Aguas Calientes. La route est bordée d’une jolie rivière et de magnifiques montagnes. C’est incroyable ! C’est vrai qu’il aurait été dommage de la rater en prenant le train.
    Mais avec toutes les péripéties qui nous sont arrivées, je dirais que cette route était en quelque sorte notre récompense.Je pense que l’aller en bus (sans les pannes evidemment) et le retour en train (pour se reposer de la grimpette de la montagne et la visite du Machu Puchu) est est bon compromis.

    Merci les amis !

  8. Y a rien à dire, c’est vrai, que c’est magnifique ce paysage, on dirait que c’est toujours de plus en plus beau. Ah veinard sincèrement vous en avez de la chance, c’est vraiment une experience magique!! et vraiment je le conseille à tous les gens qui peuvent se permettre de le faire. allez y foncez c’est quelque chose à ne pas rater. moi je ne peux en profiter mais je le fais par photos mais ç’est déjà pas mal hein?
    big bisous
    wilma

    ez, c’est quelque chose à ne pas rater.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s